Flash

Sacré Champion d’Europe avec le Real de Madrid puis avec le Portugal et Ballon d’or 2016 pour la 4ème fois, Cristiano Ronaldo ajoute à sa collection le trophée The Best - Joueur de la FIFA ce lundi 9 janvier 2017. Les autres têtes couronnées de la Soirée sont : Carli Lloyd (États-Unis) : Joueuse FIFA, Claudio Ranieri (Leicester) : Coach FIFA, Silvia Neid (Allemagne) : Coach féminine FIFA

Echappera-t-il à une inculpation et par conséquent aux mailles de la prison ? Ce sont les deux grandes interrogations qui hantent les cœurs à propos du dossier de placement de fonds hasardeux de la Caisse nationale de sécurité sociale (Cnss) à la Banque internationale du Bénin (Bibe) dans lequel est cité le syndicaliste Laurent Mètognon.

A quelle sauce sera mangé le syndicaliste Laurent Mètognon cité dans ce dossier de placement d’un peu plus de 17 milliards de FCFA avec une retro commission dépassant  71 millions de FCFA ?

 

Genèse du dossier

Tout commence le jeudi 2 novembre 2017 lorsque, en conseil des ministres, le gouvernement impute à Laurent Mètognon, sa responsabilité dans ce qu’il convient d’appeler : le « dossier de placement d’un peu plus de 17 milliards de FCFA à la Banque internationale du Bénin (Bibe), une banque à la quelle, l’UEMOA aurait retiré son accréditation pour faillite, avec une retro commission dépassant 71 millions de FCFA. » alors qu’il était président du Conseil d’administration de la Caisse nationale de sécurité sociale (Cnss) (Pca/Cnss) entre 2013 et 2016. Face à l’accusation portée contre lui, Laurent Mètognon, syndicaliste de longue date se défend à travers des sorties médiatiques animées et par lui, et par d’autres composantes syndicales, civiles et politiques de la place.

A croire que les sorties du syndicaliste accusé et de ses amis agacent un pouvoir politique qui semble avoir trouvé à travers ce dossier, le bon bout pour le contraindre au silence. Les choses s’accélèrent et dans la journée du vendredi 17 novembre, il est convoqué à la Brigade économique et financière (Bef). L’interrogatoire se prolonge et se transforme en garde à vue qui dure jusqu’au lundi 20 novembre date à laquelle, il devait être présenté au procureur. Il est rapporté qu’au cours de ce même week-end, son domicile aurait subi une perquisition et que les éléments l’ayant conduite  seraient partis avec nombre de documents dont des conventions d’achat de terrains et autres pièces. Mais pour des raisons qu’on ignore, sa garde à vue serait prorogée et expliquerait pourquoi, jusqu’à présent, il n’aurait pas été présenté au procureur. Pire, personne ne peut le voir pas même ses avocats à qui, il est demandé d’aller se chercher une autorisation auprès du Directeur générale de la police nationale.

 

Que disent les textes régissant la Cnss ?

Les textes régissant actuellement la Cnss, datent de 2011 sont connu sous le nom de Code Sécurité Sociale. Si l’article 12 précise les différentes activités que peut mener la Cnss, l’article 15 indique clairement que : «  les membres du Conseil d'administration perçoivent des jetons de présence une fois par an, des jetons de présence dont la valeur est fixée selon les activités de la Caisse. » Le même article 15, en son alinéa 2 établit que le Ministre chargé de la sécurité sociale peut s'opposer à toutes décisions susceptibles de porter préjudice aux ressources de la Caisse.
Sur cette base, on peut alors déduire qu’un placement de fonds d’une valeur aussi élevée ne peut pas avoir été effectué sans traçabilité. Ce qui supposerait alors que le ministre en charge de la sécurité sociale au moment des faits reprochés devrait avoir été informé. Ce qui signifierait donc que, la séance au cours de laquelle la décision de placement dudit fonds aura été portée à sa connaissance à travers le procès-verbal de réunion du Conseil d’administration.

 

Des interrogations ?

Dans ce dossier qui ne fait que commencer dirait-on et qui va certainement perdurer puisqu’on ne sait pas quand l’accusé sera présenté au procureur, des doutes, des zones d’ombres s’invitent. Premièrement, de quoi accuse-t-on exactement Laurent Mètognon ? Est-ce sa responsabilité morale en sa qualité de (Pca/Cnss) ayant cautionné le placement des fonds ? Ou bien est-ce sur le sous-dossier de retro commission au niveau duquel, il se rapporte que suite à leur confrontation, le directeur de la Bibe au moment des faits aurait laissé entendre qu’il aurait, par le biais d’un entremetteur, fait parvenir à Laurent Mètognon, une somme de 2.500.000 FCFA ainsi qu’ une bouteille de champagne. Des envois de fonds qui auraient été effectués sans décharge, donc sans traçabilité. Et si il s’avérait que l’information était exacte, cela peut valoir à ce directeur des poursuites puisque, un directeur d’un établissement bancaire ne saurait agir ainsi traçabilité. Qu’en est-il exactement quand on apprend que ledit entremetteur aurait nié les faits et menacerait de porter plainte contre X? Dans ce dossier qui semble de plus en plus politisé, la prudence est de mise. Aussi, revient-il aux services compétents en la matière de mener toutes les investigations pour que la vérité et rien que la vérité transparaisse.

L’autre interrogation est relative au fait que l’un des avocats de l’accusé en l’occurrence Me Lionel Agbo a été empêché de voir son client ? Pourquoi lui refuse-t-on tout simplement le droit à la visite ?

La garde à vue est-elle déjà assimilée à un enfermement après procès au tribunal ? Laurent Mètognon est-il un paria ? Ou voudrait-on se servir de son cas pour occuper la population qui sera ainsi distraite et n’aurait plus trop ses yeux sur les problèmes sociaux qu’elles reprochent au gouvernement ? Autant de questions qui restent sans réponse surtout que du côté gouvernemental, avoir des informations sur ce dossier n’est pas chose aisée sinon que, chercher une aiguille dans une botte de foin.

A l’allure où les choses vont dans ce dossier, tout laisse croire que Laurent Mètognon passe plus pour un prisonnier politique qu’autre chose. A ne pas oublier qu’il n’est pas du tout en odeur de sainteté avec le régime politique en place. Ce qu’on peut retenir de ce dossier, c’est que tout semble se compliquer pour Laurent Mètognon, un gros poisson que le gouvernement aurait bien souhaité ne pas voir sortir des filets.

KMS 

Commentaires   

 
0 #1 iptv aggregators 09-01-2018 00:41
Admiring the dedication you put into your site and in depth
information you present. It's nice to come
across a blog every once in a while that isn't the same old rehashed information. Fantastic read!
I've saved your site and I'm adding your RSS feeds to my Google account.
Citer
 

Ajouter un Commentaire


DG du quotidien LE CONFRERE DE LA MATINEE

A la une

Radio en ligne

logo soleil

 

581630 373700276008832 1256610700 n

 

Cliquez pour écouter en direct

Nos partenaires

   
 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Rejoingnez nous sur facebook

Compteur de visite

www.joomlatutos.com
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
Aujourd'hui :
58
Hier :
806
Semaine :
2311
Mois :
2311
Total :
1058657
Il y a 9 utilisateurs en ligne
-
9 invités